Les maltraitances moi j'en parle
La prévention auprès des enfants est au cœur de nos actions, car un enfant qui ne sait pas ne peut ni reconnaitre un danger, ni en parler !

Bienvenue sur ta page !

questions des enfants

Les enfants sont les premières victimes de violences en France (physique, psychologique, sexuelle) et ces violences ne diminuent pas. C'est pour cette raison que nous avons fait cette page spécialement pour toi, pour que tu sois informé sur tes droits et ce qui est interdit de faire aux enfants.

Tu te poses des questions ou tu souhaites avoir des informations sur les droits de l’enfant et les maltraitances faites aux enfants (ou violences intra-familiales, c’est-à-dire quand elles ont lieu dans la famille). Pourquoi est-ce difficile pour les enfants d’en parler et à qui tu peux en parler ? Tu as raison, tu dois connaître tes droits et savoir ce que sont les maltraitances pour pouvoir les reconnaître et dire STOP, si cela t’arrive ou si cela arrive à une autre personne que tu connais.

Merci à toi, car c’est ensemble, avec toi aussi, parce que tu auras les connaissances nécessaires, que nous pourrons faire en sorte que les maltraitances sur les enfants diminuent. Pour que cela change, deux choses sont importantes : il faut connaître ce que sont les maltraitances et en parler !


Tu as des droits, on les appelle : LES DROITS DE L’ENFANT !


Tu es un être humain ! Tu n’es pas un objet ou une chose, tu es une personne et parce que tu es mineur (moins de 18 ans), on doit encore plus faire attention à toi et te protéger.

Il existe une convention, comme une loi, elle s’appelle : la Convention internationale des droits de l’enfant. Cette convention a été signée en 1989 par 196 pays, dont la France. Cela veut dire que ces pays doivent tout faire pour que ces droits soient respectés.

Tous les enfants, garçons ou filles, ont ces droits et tous les adultes doivent faire ce qui est mieux pour les enfants. Mais ce n’est pas toujours le cas … 

Convention des droits de l'enfants

Tu dois connaître les droits de l’enfant pour pouvoir les faire respecter !

Cette convention est le premier texte qui reconnaît que les enfants ont des droits. Tu vois, c’est très important ! Oui, tu es une personne importante … Cette convention doit s’appliquer à tous les enfants, c’est-à-dire sans faire de différence, cela s’appelle l’égalité des droits. Les droits des enfants et des adolescents sont souvent méconnus, parfois ignorés.

Cela ne veut pas dire que les enfants peuvent tout faire. Comme pour les adultes, il y a des limites et des règles à respecter dans la vie. Tu dois aussi respecter les autres et leurs différences, c’est normal, cela permet de bien vivre tous ensemble. Être différent n’est pas un problème, au contraire cela permet d’apprendre plein de choses.

Droits de l'enfants
Tu as le droit d’être nourri, soigné et aimé. Pour que tu puisses grandir normalement, tu dois être nourri, soigné quand tu es malade et tu dois être aimé par ceux qui s’occupent de toi.

Tu as le droit d’être respecté. Tu as droit à une vie privée que même tes parents et tes frères et sœurs doivent respecter. Personne n’a le droit de lire ton courrier ni de fouiller dans tes affaires sans ton autorisation, par exemple.

Tu as le droit d'avoir une famille. Si tes parents sont séparés, tu as le droit de voir tes deux parents, tes frères et sœurs, tes grands parents, (sauf si c’est contraire à ton intérêt et ton bien-être, si tu es en danger, par exemple).

Tu as le droit d’avoir un nom et une nationalité. Dès ta naissance, on doit te donner un nom, un prénom et une nationalité.

Tu as le droit d’aller à l’école. Être instruit, c’est très important pour toute la vie.

Tu as le droit au repos et aux loisirs : de rêver, de rire et de jouer, parce que le jeu est indispensable à ton développement.

Tu as le droit de donner ton avis. Cela s’appelle la liberté d’expression. Tu as le droit de t’exprimer et également de donner ton avis pour les décisions qui te concernent et les adultes doivent en tenir compte.

Tu as droit à l’égalité, que tu sois une fille ou un garçon, handicapé ou non. Quels que soient ton âge, ton sexe, ta religion, la langue que tu parles ou la couleur de ta peau, tu as le droit d’être aidé, protégé, éduqué.

Tu as le droit d’être protégé de la violence. Personne, pas même tes parents, tes copains et copines, ou une autre personne, n’ont le droit de te faire du mal ou de te frapper.

Personne n’a le droit de t’exploiter. On n’a pas le droit de te forcer à travailler. Le travail des mineurs de moins de 16 ans est interdit en France, par exemple.

Personne n’a le droit de faire de toi un soldat. Où que tu habites, tu as le droit de vivre en paix. C’est le cas en France, mais dans certains pays en guerre, il y a des enfants soldats. Aucun enfant ne doit faire la guerre.


Les violences sur les enfants sont INTERDITES !

Violences faites aux enfants l'enfants

Il existe plusieurs formes de violence ou maltraitance faites aux enfants et c’est INTERDIT par la loi. Tu dois les connaître pour pouvoir dire NON ! ou STOP ! et en PARLER TRÈS RAPIDEMENT si une personne te maltraite ou si tu connais un jeune maltraité.

Toutes les violences ont de graves conséquences sur la SANTÉ DES ENFANTS et quand ils deviennent adultes aussi.

 La violence physique !

Aïe, ça fait mal ! Il y a de la violence physique quand on fait mal à ton corps !

C’est quand une personne utilise la force ou la violence pour blesser un enfant : frapper (avec la main, avec le poing, avec le pied, avec un objet…), mordre, brûler, bousculer, secouer, etc.

Oui, cela existe malheureusement ! Même si tu fais une bêtise, ce n’est pas une raison pour qu’on te fasse du mal, on doit t’expliquer ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire … On n’a pas le droit de frapper les adultes, alors pourquoi le ferait-on sur des enfants ?!

Violences éducatives
Violences éducatives

La violence psychologique !

La violence psychologique ou morale ne se voit pas, mais c’est très grave et elle fait mal à ton esprit !

C’est quand une personne insulte, punit, humilie, fait du chantage, etc., à un enfant.

Par exemple lui dire qu’il est nul, qu’il est bête, qu’il est méchant, qu’il est moche, qu’on préfère sa sœur ou son frère à lui, qu’il est un bon à rien.

C’est aussi quand on punit un enfant au coin, qu’on le rabaisse ; ou si on le rejette en le critiquant tout le temps, ou qu’on lui fait peur en lui disant qu’on va l’abandonner, par exemple.


La violence éducative ordinaire !


C’est une violence physique et/ou verbale dite « éducative » parce qu’elle fait partie de l’éducation à la maison (claque, fessée, tape mais aussi humiliation, chantage affectif et autres).

Elle est dite « ordinaire » parce qu’elle est souvent quotidienne, considérée comme normale.

Elle est interdite en France depuis la loi du 10 juillet 2019 ! Tu peux dire que cette loi existe, car beaucoup de parents ne la connaissent pas encore.

Violences éducatives ordinaires

La violence sexuelle !


Ton corps, c’est ton corps… et personne n’a le droit de toucher tes parties intimes !

Tu sais, les parties intimes, c’est ce qui est caché par des sous-vêtements : les fesses, le sexe et les seins pour les filles. La bouche est une partie privée et on ne doit pas embrasser un enfant sur la bouche.

Les adultes, et les autres jeunes, n’ont pas le droit de caresser un enfant sur les parties intimes de son corps, même ses parents (sauf pour le laver bien sûr, jusqu’à un certain âge). Il est également interdit d’obliger un enfant à toucher les parties intimes d’une autre personne. Quand c'est un membre de la famille (père, mère, frère, sœur, oncle, tante, cousin, cousine, grands-parents, beaux-parents) qui agresse un enfant sexuellement, cela s'appelle l'inceste et quand c'est une personne extérieure à la famille, un ami de la famille, un inconnu sur Internet, une personne qui travaille avec des enfants ou qui s'occupe d'enfants, cela s'appelle la pédophilie ou pédocriminalité.

Les violences sexuelles sont une très grave violation des droits de l’enfant.

La négligence lourde !


Les parents doivent bien s’occuper de leurs enfants !

Il y a de la négligence lourde quand les parents ne s’occupent pas bien ou pas du tout de leurs enfants.

Si les enfants ne mangent pas à leur faim, s’ils ne sont pas soignés quand ils sont malades, s’ils ne sont pas habillés correctement en fonction des saisons, s’ils doivent se débrouiller tout seul, etc.

Cela veut dire que les enfants ne sont pas élevés dans de bonnes conditions.

La négligence lourd


Pour mieux comprendre, tu peux regarder ces clips : Alice et Léo ont leur mot à dire sur les violences.

Les violences éducatives ordinaires

Les violences sexuelles

Les violences physiques


Il existe aussi 2 violences graves qui ne se passent PAS DANS LA FAMILLE !

Harcelement scolaire

Le harcèlement scolaire !

Un enfant sur dix en France serait victime de harcèlement, surtout à la fin du primaire et au collège. Tu vois, cela concerne beaucoup d’enfants.

Un harceleur ou une harceleuse fait subir de façon répétée des moqueries, des mots injurieux ou même des coups à une victime, toujours la même, sous les yeux d’autres élèves. L’élève harcelé est en grande souffrance.

Souvent on se moque de ce jeune parce qu’il est différent, timide, etc.

Il faut rapidement l’aider pour que ça s’arrête car cela a de graves conséquences sur la santé et la vie de l’enfant.


Le cyberharcèlement ou harcèlement sur Internet !


Le cyberharcèlement est une forme de harcèlement qui se déroule sur Internet.


Il se pratique via les téléphones portables, les réseaux sociaux, les messageries instantanées, les forums, les tchats, jeux en ligne, courriers électroniques, site de partage de photographies, etc...

Celui ou celle qui harcèle peut raconter des mensonges ou poster des photos gênantes (dénudées) d’une personne sur les réseaux sociaux, envoyer des messages agressifs ou des menaces. N'envoie jamais une photo de toi et surtout pas une photo dénudée sur Internet.

Le mieux c’est de bloquer tout de suite la personne et de le dire à tes parents.

Cyberharcellemnt
Sens Interdit

En France, toutes ces violences sont interdites et punies par la loi qui protège les enfants.

Les enfants ne connaissent pas bien les lois, ou pas du tout, mais les adultes sont censés les connaître et savent ce qu’on a le droit de faire ou de ne pas faire aux enfants.

Si un adulte demande à faire des choses sexuelles à un enfant, par exemple, sous forme de jeu ou autrement, c’est interdit.

L’adulte a tort et ce n’est jamais de la faute de l’enfant.

Les personnes qui savent ou qui pensent qu’un enfant est maltraité doivent le signaler, c’est un devoir, c’est obligatoire !


Le consentement, qu’est-ce que c’est ?

C’est le droit de dire OUI ou NON ! Si tu dis NON, c’est NON ! Si on te dit NON, c’est NON aussi.

C’est important, cela s’appelle le CONSENTEMENT, quand on est d’accord ou pas d’accord avec quelque chose.

Même si on veut te faire un câlin, t’embrasser, etc. tu dois avoir le choix de la réponse et dire OUI ou NON ! Tu dois être poli, ça c’est normal : dire bonjour, merci, etc., mais tu n’es pas obligé d’embrasser une personne ou d’être embrassé.

Si on doit te respecter, cela veut dire que toi aussi tu dois respecter les autres.

Consentement

De nombreux enfants maltraités n’en parlent pas, POURQUOI ?

Enfants Maltraités

Les adultes qui font du mal aux enfants ne s’en rendent pas toujours compte, ou alors ils répètent ce qu'ils ont vécu étant enfant parce qu'ils ont eux-mêmes été élevés avec des violences, ou encore ils ne vont pas bien, ils peuvent avoir des maladies psychologiques très graves. Certains sont très malins, par exemple, ils font peur aux enfants en les menaçant, d’autres disent que c’est un secret et qu’il ne faut en parler à personne, surtout quand il s’agit des violences sexuelles. C’est également le cas quand l’adulte propose un cadeau en échange du silence de l’enfant … c’est suspect !

Fais confiance à ce que tu ressens ! Si un adulte te dit que c’est un secret, ou n’importe quelle autre chose anormale, et que tu ressens un truc bizarre dans ton corps, que tu n’es pas bien, c’est que ce n’est pas normal. Quoi qu’il se passe, va en parler à une autre personne et demande-lui si c’est normal ou pas…

Il vaut mieux parler et se tromper que de ne rien dire et peut-être subir quelque chose d’interdit. Il y a des secrets qui ne sont pas des bons secrets !

Voici quelques exemples qui empêchent les enfants maltraités de parler :

Le traumatisme en lui-même : parfois c’est une chose tellement énorme, notamment pour les violences sexuelles, qu’on est figé comme une statue, on ne bouge plus et on n’arrive pas à réagir, cela s’appelle la sidération. D’autre fois, on a l’impression que le cerveau se sépare du corps pour oublier ce qu’il s’est passé tellement c’était fort, cela s’appelle la dissociation. Cela permet de ne pas être trop triste sur le moment, mais en fait le traumatisme se cache dans le cerveau. On ne se sent pas très bien mais on ne sait pas pourquoi et cette souffrance ressort des années plus tard, parfois quand on est adulte.

L’âge : si l’enfant est trop petit, il ne peut pas parler.

L’enfant pense que ce n’est pas si grave : alors il ne dit rien. Mais toutes les violences sont graves, il n’y a pas de petite violence.

La culpabilité, penser que c’est de sa faute : parfois la personne maltraitante dit à l’enfant que c’est de sa faute si l’enfant est battu ou humilié. Par exemple l’adulte va dire : « C’est de ta faute, tu n’avais qu’à obéir », ou encore « Tu es vraiment méchant, tu l’as bien mérité », alors l’enfant pense qu’il le mérite vraiment. Mais en fait non, un enfant ne mérite jamais d’être maltraité !

Menaces, chantage de la part de l’agresseur : l’adulte maltraitant peut dire des choses incroyables exprès et qui font très peur, comme : « Si tu en parles, je vais aller en prison ou je vais me suicider (me tuer) », ou encore « Si tu le dis à quelqu’un, je te ferais encore plus mal » … En fait, il dit cela pour que l'enfant se taise et qu'il ne le dise à personne.

L’amour envers la personne maltraitante : un enfant aime son parent, c’est normal, même quand il est maltraité. Mais il faut le dire quand même, cela permet d’aider ce parent pour qu’il ne recommence plus.


Si tu subis des maltraitances : il faut en parler TOUT DE SUITE !

C’est important d’en parler tout de suite pour se faire aider et surtout pour que ça s’arrête. Il y a de nombreuses personnes qui sont là pour aider les enfants, alors il ne faut pas hésiter !

A qui en parler ?

À une personne de confiance : un parent, un membre de ta famille, un médecin, un professeur des écoles, une infirmière, un ami ou une amie, un voisin, … Si rien ne change, il faut en parler à une autre personne !

Appeler le 119 qui est le numéro d’appel anonyme pour les enfants en danger.
Ou remplir le formulaire « BESOIN D’AIDE ? » sur le site du 119, ou parler sur le Tchat du site Internet. Le 119 est joignable tous les jours de l’année, même la nuit, tout le monde peut l’appeler.

Le 114 par SMS est le numéro d'urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes.

Tu peux aussi appeler le 17 ou aller dans un commissariat de police ou à la gendarmerie. Surtout si c’est urgent et pour toutes les violences. Un mineur victime peut se rendre seul ou accompagné dans les locaux de la police ou de la gendarmerie.

Appeler le 119


Dans tous les cas, ne reste pas tout seul ou toute seule !

Tu trouveras toujours une personne pour t’aider, parfois il faut insister …

En effet (c'est prouvé par des études sérieuses de médecins et de scientifiques) subir des violences pendant l’enfance est grave pour la santé de l’enfant, pour le développement de son cerveau, ses apprentissages, sa confiance en lui, sa relation avec lui-même et avec les autres et souvent tout au long de sa vie. Ce n’est pas parce que l’enfant est « petit » qu’on doit faire ce que l’on veut de lui, il est une personne que l’on doit respecter, protéger et bien sûr aimer.

Nous espérons que cette page t’a permis de comprendre tes droits et ce que sont les violences faites aux enfants. Car un enfant bien traité est plus heureux, plus épanoui, en bonne santé et sera un adulte bien portant dans sa vie. C'est logique ! N’hésite pas à en discuter avec tes parents … Ils vont certainement apprendre des choses eux aussi.


Imprime ta carte !

« Ma carte SOS contacts » est distribuée gratuitement dans les écoles primaires et les collèges grâce à l’association "Les maltraitances, moi j’en parle !" et au soutien des collectivités territoriales.


Tu peux télécharger ta carte en cliquant ICI


Imprime et découpe la carte, puis tu la colles sur un papier épais, recto/verso, pour pouvoir la garder. Grâce au QR Code sur la carte, tu pourras revenir sur le site si tu as besoin d'informations.

Tu peux en parler à tes amis, leur montrer cette page et leur dire de télécharger la carte, comme ça ils auront aussi les 4 numéros !

Enfants Maltraités
Enfants Maltraités

Cette page à destination des jeunes a été réalisée grâce au soutien du Conseil départemental des Yvelines que nous remercions.
Conseil départemental des Yvelines

Retour haut de page

Côté Légal

Mentions Légales

© 2020 tous droits réservés

Retrouvez-nous !

Divers

Réalisation : Solution Créa Web