";
Nos actualités


Les maltraitances, moi j'en parle ! est partenaire de « MOTS ET MAUX DE FEMMES » - Expographie en faveur de l'élimination de la violence envers les femmes !

Mots & Maux de femmes L’association est fière d’être partenaire du collectif « Mots et maux de femmes » qui va parcourir la France à travers 21 villes du 25 novembre au 16 décembre 2021.

« Mots et maux de femmes » est un projet « expographique » élaboré par le collectif du même nom pour dénoncer les violences faites aux femmes et notamment les 4 phases du cycle des violences. La finalité de ce projet est une exposition présentant des photographies et des textes écrits à la fois par des célébrités et des victimes. »

Sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République et sous le patronage de plusieurs ministres.

L’Expographie sera présentée simultanément en France et à l’Outre-Mer pendant les 16 jours d'activisme d'Orangetheworld : Ajaccio, Bordeaux, Dijon, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Orléans, Paris, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, ainsi que dans les Drom-Com (Basse-Terre, Cayenne, Fort-de-France, Mamoudzou, Nouméa, Papeete, Saint-Denis La Réunion et Saint-Pierre).

Plus de 300 personnalités féminines de tout horizon : actrices, sportives de haut niveau, politiques, cheffes culinaires, écrivains, artistes, présentatrices, humoristes, … sont marraines et soutiennent ce projet en faveur de l’élimination des violences faites aux femmes.

Parce que de nombreuses femmes, victimes de violences conjugales ou pas, ont été victimes de violence durant leur enfance, sexuelle notamment, l’association s’est jointe à ce projet sans hésitation pour une visibilité encore plus grande de ce fléau.

Retrouvez l’ensemble du projet, les partenaires et les marraines sur le site de « Mots et maux de femmes » et retrouvons-nous lors de cette exposition itinérante : cliquez ici

Si vous souhaitez être entreprise partenaire de l'événement, téléchargez le dossier de mécénat

"Mots et maux de femmes" est un projet « expographique » élaboré par le collectif du même nom pour dénoncer les violences faites aux femmes et notamment les 4 phases du cycle des violences. La finalité de ce projet est une exposition présentant des photographies et des textes écrits à la fois par des célébrités et des victimes.

Une exposition itinérante se déroulera toute l’année 2022 avec l'association France Victimes, ainsi qu'une exposition pédagogique téléchargeable à partir de janvier 2022.



Mercredi 30 juin 2021, nous avons passé la matinée dans les locaux du 119-Allô Enfance en Danger / Giped avec Pascal Vigneron, directeur et Nora Darani, responsable communication, que nous remercions très chaleureusement pour leur accueil.

119 enfance en danger


Une visite très enrichissante sur le fonctionnement du 119 auprès des écoutant-e-s sur la plateforme des appels et de leur traitement. Beaucoup d'humanité, de bienveillance et de sérénité pour traiter ce sujet si complexe.


Le 119 c'est :
  • 45 écoutants
  • 700 appels par jour en moyenne
  • une ligne téléphonique 24h/24 et 7j/7
  • un Tchat en ligne pour les jeunes jusqu'à 21 ans
  • un accès pour les sourds et malentendants
  • une présence sur Instagram
  • un formulaire "Besoin d'aide" en ligne
Enfants en danger ? Parents en difficulté ? Le mieux, c'est d'en parler ! : https://www.allo119.gouv.fr/



Participation à la conférence organisée par l'antenne UNICEF - SONU, Sorbonne pour l'Organisation des Nations-Unies le 17 juin à 20h !

Nathalie Cougny & Unicef

Nathalie Cougny est invitée à participer à la conférence : "Comment lutter contre la maltraitances et la négligence infantile en 2021 ?", le jeudi 17 juin à 20h00, avec Sophie Loubière auteure, journaliste et productrice de radio et Henri Lacamp, avocat spécialiste des affaires familiales.

La maltraitance physique et psychologique et la négligence infantile, fléaux et tabous de la société française, sont des sujets trop peu maitrisés. En effet, s'il est difficile d’obtenir des chiffres concrets sur le nombre d’enfants maltraités et négligés, les multiples confinements n’ont cessé de mettre en lumière les lacunes de la société face à ce sujet et l’OMS a estimé à 40 millions le nombre d’enfants concernés par les mauvais traitements corporels, psychologiques et affectifs.

Comment repérer ces enfants ? Comment agir ? Comment guérir leurs maux et leur redonner de l’espoir ?

Pour voir la conférence



La Maison de Confiance et de Protection des Familles (MCPF) de Bois d'Arcy

Maison de confiance Visite le 3 mai 2021 de La Maison de Confiance avec l'adjudante-cheffe Jessica Dubois et l'adjudante Virginie Redureau que nous remercions chaleureusement.

La Maison Départementale de la Prévention rassemble les actions conjuguées de la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile (BPDJ), de la Brigade de Protection des Familles (BDF), de la cellule de Prévention Technique de la Malveillance (PTM), d'un Intervenant Social Gendarmerie et de la Brigade de contact Sud-Yvelinois. Cet établissement constitue un point d’entrée unique départemental en matière de violences intrafamiliales (VIF) et de harcèlement.

Les missions :
  • Soutenir les enquêteurs. Par son expertise dans le domaine des violences intrafamiliales, la brigade de protection des familles est chargée de conseiller et de former les militaires des brigades territoriales,
  • renforcer les unités. Lorsque des faits graves sont constatés, la brigade de protection des familles concentre ses efforts et engage tout ou partie des référents violences intrafamiliales au profit d'une unité confrontée à une situation particulière,
  • développer le partenariat. L'engagement déterminé de la gendarmerie dans la lutte contre les violences intrafamiliales amène chaque brigade de protection des familles à constituer localement un véritable réseau opérationnel avec les différents partenaires et acteurs sociaux afin d'apporter conjointement, dans l'urgence et/ou dans la durée, des solutions concrètes aux situations identifiées,
  • accompagner les victimes et leurs proches. Les relations construites entre les référents violences intrafamiliales et les victimes par une écoute attentive et par leur présence lors de la procédure visent à rassurer ces dernières, à les soutenir dans leur démarche voire à les protéger.



Parution du Manifeste "1sur5" le 3 décembre 2020, par Homayra Sellier, Karl Zéro et Serge Garde.

"Un enfant sur cinq est victime de violences sexuelles en Europe. Ce chiffre officiel est effarant. Nous sommes face à un véritable fléau social que la crise du Covid n’a fait qu’amplifier. Mais rien ne bouge. Lire ce livre-manifeste, c’est faire un premier pas. C’est comprendre ce que des générations ont laissé faire. Vous saurez et vous pourrez agir : c’est un livre-pétition qui propose 25 mesures concrètes pour faire vraiment changer les choses. Le temps du silence est révolu."

Pour acheter le livre : C'est par ici
Pour signer la pétition : Cliquer ici

Un sur Cinq


« LES MALTRAITANCES, MOI J'EN PARLE ! » PARTENAIRE DU FILM SLALOM

L’association est très heureuse et honorée d’être partenaire « communication » du film SLALOM, qui aborde avec qualité et réalisme le sujet de l’emprise et des violences sexuelles dans le milieu du sport. Cette action commune est au cœur de nos engagements de prévention auprès des enfants.


Un film de Charlène FAVIER, sortie nationale le 16 Décembre 2020

Sélection Officielle au Festival de Cannes 2020.
Prix d’Ornano-Valenti 2020 au Festival du Cinéma Américain à Deauville.

« A l’adolescence, j’ai subi des violences sexuelles dans le milieu du sport. Comme beaucoup de victimes, j’ai intériorisé pendant de nombreuses années. J’ai construit ma vie professionnelle autour de la création et je me suis épanouie à travers la photographie, le dessin, le théâtre et le cinéma. » Charlène FAVIER


SYNOPSIS

Lyz, 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred …

Voir la bande annonce

Slalom

« ÉDUQUONS SANS VIOLENCES ! »

Un clip de sensibilisation aux Violences Éducatives Ordinaires, sorti le 15 octobre 2020, en rappel de la loi votée le 10 juillet 2019 interdisant les violences éducatives sur les enfants. La loi précise en effet que l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques. C'est notamment l'article du Code civil qui est lu à la mairie lors des cérémonies de mariages. Le texte n'est pas assorti de nouvelles sanctions pénales, la maltraitance des enfants étant déjà punie de peines pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison.

La France devient ainsi le 56e État à bannir les violences éducatives ordinaires et se met en adéquation avec la Convention internationale des droits de l'enfant qu'elle a ratifiée en 1990.

Clip produit par Nathalie Cougny, réalisé par Julien Cougny Production et Dynamic Duo, avec les associations StopVEO, Enfances sans violences et Les maltraitances, moi j'en parle ! sponsors du clip. En partenariat avec Le Secrétariat d’État chargé de l'Enfance et des Familles. Le clip est visible sur la plateforme d’éducation Lumni de France Télévisions, que nous remercions chaleureusement.
« C’EST MON CORPS, C’EST MA VIE ! »

Le clip a été réalisé et produit gracieusement par Nathalie COUGNY, Julien COUGNY et Nils BAYON. Vous pouvez le retrouver sur France TV éducation depuis le 20 novembre 2018, Journée Internationale des Droits de l'Enfant. En 2017 en France, ce sont en tout 258 000 victimes de viol ou de tentatives de viol : 93 000 femmes, 15 000 hommes, 150 000 MINEURS ! 7000 viols de mineurs par an en France (1 toutes les heures), La moitié de ces victimes ont moins de 12 ans. 2% seulement donnent lieu à une condamnation. Ce clip de prévention des agressions sexuelles sur mineurs est réalisé dans l’intérêt unique des enfants, car un enfant qui ne sait pas ne peut ni prendre conscience du danger, ni en parler ! Vous pouvez le regarder avec des enfants et leur expliquer les différents termes.


Après « Les mots qui font mal » (novembre 2017) et « Les mots que je ne te dirais pas » (mai 2020), l’association Stop VEO, Enfance sans violences réitère avec une nouvelle campagne de sensibilisation, qui marque le premier anniversaire de la loi contre les violences éducatives ordinaires. D’une durée de 24’’ et s’adressant autant aux adultes qu’aux enfants, ce spot est tout en douceur par ses images et sa bande son.

N'hésitez pas à partager !

Côté Légal

Mentions Légales

© 2020 tous droits réservés

Retrouvez-nous !

Divers

Réalisation : Solution Créa Web